• Monica Kessner

L'importance de bien se parler (et 3 étapes concrètes pour commencer à le faire)

Tu te dis peut-être que tu ne mérites pas de t'aimer parce que tu n'es même pas capable de tenir certaines résolutions comme bien manger, faire du sport ou chercher un nouveau job. C'est peut-être l'inverse : tu n'agis pas comme tu le veux parce que tu te parles mal.


Avant mes 10 ans, j'étais une enfant pétillante et souriante mais au moment de l'adolescence, mon corps a changé et je suis devenue une jeune femme mal dans sa peau, effacée et déprimée. J'ai mis des années à comprendre que l'une des raisons de ce mal être était ma manière de me parler.


Une fois adulte, j'ai entamé un travail sur moi après un premier burnout et j'ai pris conscience que je me parlais affreusement mal. Choquée par la toxicité de mon discours intérieur, j'ai commencé à améliorer mon estime de moi avec l'aide d'une thérapeute et d'une coach. Petit à petit, je me suis sentie mieux et j'ai vu ma vie changer, elle aussi en mieux.


Une des choses qui a changé par exemple est ma régularité dans le sport.

Je ne me force plus à aller courir parce que "je suis une grosse vache". Je fais du sport parce que je pense c'est bon pour moi et que je me sens bien lorsque je bouge au quotidien. Je pense différemment, donc j'agis différemment.


Je ne sais pas pourquoi nous nous refilons ce discours toxique de mère en fille. Mais là, j'ai surtout envie de te dire que tu peux commencer maintenant à changer ta manière de te parler, qu'il existe des outils pour ça et que c'est l'une des choses les plus importantes que tu puisse faire pour avancer dans la bonne direction dans ta vie.

Qu'est-ce qu'il se passe quand tu te parles mal ?


Comprendre son discours intérieur et ses émotions ne fait malheureusement pas partie du programme scolaire. Mais comme il n’est jamais trop tard pour apprendre, commençons d’abord avec un peu de théorie grâce à un outil appelé "Le modèle", créé par une coach américaine, Brooke Castillo.


Prenons un exemple (tiré de mon expérience personnelle) pour illustrer la naissance et les conséquences d'une pensée toxique

  1. La circonstance est une situation que tu vis : je n'arrive pas à fermer mon pantalon

  2. La pensée est ton jugement sur cette situation : je suis une grosse vache dégueulasse qui n'arrive à rien dans la vie

  3. L'émotion découle de la pensée que tu as eue : peut-être le dégout ou la déception de moi même

  4. L'action est ce que tu fais que te fais en réponse à l'émotion : je mange tous les cookies pour ne plus ressentir mon émotion

  5. Le résultat de ta/tes actions : j'ai mal au ventre, je n'ai la force de rien et surtout je me confirme que c'est un fait : je n'arrive à rien dans ma vie


Note que c'est un cercle vicieux : en te parlant mal tu te donnes encore plus de raisons de mal te parler.

Tu crées des émotions et des actions qui ne sont pas constructives et tu cumules des résultats qui ne font que confirmer les sales choses que tu te dis de toi-même.



Alors, on fait quoi pour arranger ça ?

Maintenant que tu connais les conséquences de tes pensées, je te propose quelques exercices pour travailler dessus.


Première étape : Faire le bilan.

Avant de pouvoir changer les choses, il faut que tu fasses le point sur ce qu'il se passe pour toi. Pour cela, tu peux te poser les questions suivantes, à l'écrit.


Comment te parles-tu lorsque :

  • tu as déçu quelqu'un ?

  • tu n’as pas tenu une résolution ?

  • tu te vois dans un miroir ?

  • tu ne rentres plus dans un vêtement ?

  • tu n’as pas su te défendre au travail ?

Note des exemples de formulations, d’adjectifs que tu te donnes :

ex: tu es vraiment incompétente, tu ne ressembles à rien, tu rates tout, t’es vraiment une pauvre fille…


Deuxième étape : Prendre conscience que c'est un problème

Visualise une personne que tu aimes profondément : un.e membre de ta famille, un animal de compagnie, un.e ami.e,... et imagines-toi lui dire les choses que tu as identifiées dans la première étape.

Horrible, injuste et toxique, non ?


Troisième étape : Fais des petits changements chaque jour

Tu n'arriveras pas à croire soudainement que tu es géniale si tu penses à la base que tu es stupide.

Le travail que tu dois faire est progressif et quotidien.


Chaque fois que tu notes une pensée toxique à ton égard, dis-toi avec fermeté et douceur "non, on ne se parle pas comme ça" et remplace là par une pensée constructive ou neutre.

  • Pensée toxique : Je suis tellement grosse que je ne rentre pas dans mon jean

  • Pensée neutre : Mon jean n'est pas à ma taille

  • Pensée constructive : Je mérite toujours de m'habiller confortablement : je vais mettre une jupe aujourd'hui et aller sur Vinted pour m'acheter un pantalon stretch

Petit rappel : nos corps changent avec les saisons, avec les périodes du cycle féminin, avec les moments de vie et même avec le moment de la journée ! Ils gonflent, prennent du poids, perdent du poids, se tonifient ou se relâchent. C'est la vie naturelle d'un corps. Que ton corps corresponde à ton idéal ou non, tu mérites toujours d'avoir des vêtements beaux, confortables et à ta taille.

L'amour n'est pas conditionnel

Tu aimes ton chat quand il vomit sur ton tapis, tu aimes ton enfant avec un 0 en dictée, tu aimes ta sœur quand elle a les cheveux gras. Tu ne mets pas de condition à ton amour et c'est ça qui te permet de toujours vouloir ce qui est le mieux pour eux. Même chose pour toi : c'est en cultivant l'amour inconditionnel envers toi même que tu pourras construire une vie sereine, alignée et joyeuse. Je ne connais pas d'autre moyen.


Prends soin de toi, toujours.

Monica

insta : @monicakessner_coaching/

mail : contact@monicakessner.com

Hey !


🍋 Si tu veux être soutenue et guidée pour travailler sur ton amour de toi et sur ton discours intérieur :

0 commentaire
1% pour la planete.PNG

©2019 by Monica Kessner - Site imparfait réalisé à la mano

📷 Crédit photo Clémence Pictographie 📷

🌍 Je suis fière de reverser 1% de mon chiffre d'affaires au collectif 1% pour la planète 🌍